05/09/2006

Que puis-je faire si je suis harcelé(e)?

Lorsque l’on est victime de harcèlement, on se sent très seul(e) et on ne sait pas vers qui aller pour trouver de l’aide.

On en parle autour de soi, mais, les réponses sont vagues ou décourageantes. On se sent encore plus désemparé(e) même incompris(e) tellement notre détresse est grande.

 

On est pris par une peur qui nous empêche d’agir ou de réagir.

 

Et puis, on a toujours l’espoir que la situation va s’arranger. On se persuade que les choses vont revenir à la normale. On se dit qu’on se fait trop d’idées, que notre imagination nous joue des tours, qu’on se fait une montagne de riens. L’/les harceleur(s) a/ont peut-être raison, on fait le/la difficile. On n’a peut-être pas fait assez d’efforts pour débloquer la situation…

 

Arrêtez de vous TORTURER !!!

 

Sans le savoir, vous êtes le pantin du manipulateur. Quoique vous fassiez, il ne sera jamais content et la seule chose qu’il désire, c’est que vous disparaissiez de sa vue. Pour y arriver, il vous épuisera physiquement et moralement sans que cela soit visible aux yeux de tous (c’est le côté pervers !).

 

Je ne veux pas vous démoralisez encore en peu plus, loin de là ! Mais, votre démarche ne se fera pas sans peine…

Ce que je vais vous proposer, c’est le chemin que j’ai pris pour me sortir de là.

Les moyens que je vais vous donner ne vous permettront peut-être pas de garder votre emploi mais au moins vous retrouverez un peu de votre dignité perdue.

 

1)      Prenez contact avec votre généraliste et expliquez-lui la situation. Demandez-lui de consulter un psychothérapeute. Il ne sert à rien que vous submergiez vos proches de vos états d’âmes, ils ne seront que vous écouter et vous réconforter…Ils sont aussi impuissants que vous face à cette situation.

2)      Pendant les week-ends (moment où vous pouvez vous déconnecter complètement du monde du travail), essayez de vous retrouver avec vous-même, apprenez à vous écouter, recentrez-vous. Cela ne se fera pas en un seul week-end. Si vous en avez la possibilité, faites-le également en semaine.

3)      Analysez la situation :

-         Lors de votre engagement, quelles étaient les attentes de votre employeur et ce que vous attendiez de ce poste.

-         Comment vous vous donnez dans votre travail, vos aptitudes

-         Qui est votre/vos harceleur(s) ? Comment a évolué cette relation de travail ? Où la relation a-t-elle coincé? Y a-t-il eu un conflit non solutionné ?

4)      C’est peut-être surprenant, mais faites une liste de vos qualités et défauts et une comparaison avec ceux de votre/vos harceleur(s).

5)      Prenez la liste des 30 caractéristiques du manipulateur d’Isabelle Nazare-Aga. Si vous cochez plus de 10 caractéristiques, essayez de visualisez les contextes et inscrivez-les sur papier.

 

Cette analyse va vous confirmer ce que vous savez déjà mais surtout elle va vous permettre de vous protéger et d’agir autrement.

 

Règle d’or : La meilleure attitude pour déstabiliser votre harceleur, c’est de garder votre calme olympien face à ses attaques et agissements.

 

Surtout, n’agissez pas par l’agressivité, c’est ce qu’il recherche. Il veut se faire passer pour la victime et il le fera en présence de témoins. Isabelle Nazare-Aga a trouvé un bon mode d’emploi pour contrer le discours du manipulateur.

 

Mais voici quelques conseils :

a)      Jouez l’indifférence, gardez le sourire et utilisez l’humour sans ironie.

Que de plus déstabilisant pour l’agresseur de voir sa victime souriante et ayant de l’humour. Vous lui sabotez tout son travail en vous comportant ainsi.

b)      Faites en sorte d’être irréprochable. Votre harceleur va être à l’affût de la moindre erreur professionnelle et ce peut-être avec la complicité de collègue, si le harceleur est un supérieur hiérarchique.

c)      Vous devez être méfiant, fermez vos tiroirs à clé. Gardez votre agenda sur vous.

d)      Respectez les instructions au pied de la lettre. Faites vous préciser les instructions par écrit, respectez les consignes, les règles, refusez d’entendre les sous-entendus présent dans le discours du harceleur.

 

Ensuite cherchez de l’aide au sein de l’entreprise :

-         rencontrez le DRH si possible accompagné d’un délégué syndical

-         Si celui-ci ne veut pas intervenir, prenez contact avec la personne de confiance. Elle est là pour vous écouter et trouver des solutions avec vous. Elle peut même être le médiateur entre vous et le harceleur.

-         Si cela ne porte pas ses fruits, rencontrez le conseiller en prévention. Si plainte il doit y avoir, c’est ce dernier qui l’établira et qui mettra votre employeur au courant de la situation.

Son rôle : il rencontrera chaque intervenant, témoins et personnes susceptibles de pouvoir l’éclairer sur la situation. Il établira un rapport qu’il enverra à l’employeur afin de le conseiller sur la manière de régler le problème.

 

Deux solutions, soit l’employeur prendra en considération les conseils soit il les ignorera.

Si il opte pour la seconde solution, vous pouvez interpeller le conseiller en prévention et il prendra des dispositions pour que la situation se débloque.

 

S’il n’y a aucune personne de confiance ou aucun conseiller en prévention, prenez contact avec le médecin du travail afin de lui exposer la situation.

 

Essayez de suivre cette procédure, car en cas de licenciement abusif, vous pourrez prouver au juge que vous avez fait des tentatives pour normaliser la situation.

 

Le dernier recours et le non moindre, c’est consulter un avocat. Avant de le rencontrer, assurez-vous que vous avez assez d’éléments dans votre dossier sinon c’est peine perdue.

Les commentaires sont fermés.