25/10/2006

Le jour anniversaire sonne le glas

séparateur 

 

Chaque jour, je tente d’oublier.
Je me force à oublier que j’ai été victime.
Victime d’une agression qui paraît très anodine pour plus d’une personne qui n’a pas été sujette à cette hostilité,  le harcèlement moral.
Voici un an, jour pour jour, tout s’est écroulé pour moi au niveau professionnel parce que j’ai osé  dénoncer les différentes agressions de ma collègue à mon égard, qui ont été cautionnées et pratiquées,  par la suite, par mes supérieurs.
Seule contre tous.
Seule face un POUVOIR ABSOLU qu’ils se sont octroyé parce qu’ils font parti d’une minorité qui pense avoir le « pouvoir ». Ces gens qui se disent INTOUCHABLES. Effectivement, tout le monde peut constater avec les affaires à Namur et à Charleroi que tout compte fait, ces intouchables au pouvoir absolu, ne sont pas des dieux mais de simples hommes aux yeux de la Justice.
Mon combat de tous les jours est d’essayer d’oublier l’humiliation et les chantages pervers que j’ai subis. Je pensais pouvoir y arriver.
Mon esprit vaquant à d’autres occupations mais pas mon âme.
Mon âme et mon corps n’ont pas oublié.
Contre ma volonté, le jour anniversaire sonne le glas.
Je me refuse à la victimisation. Mais, je ne peux combattre ce qui a été meurtri jusqu’à la fin de mes jours.  Même avec un pardon, les plaies cicatrisées en surface, continueront à suinter face au non respect de la Personne.
Je ne veux pas baisser les bras, je veux aller de l’avant afin de pouvoir donner réconfort et espoir aux personnes qui comme moi, sont victimes de harcèlement quelle que soit sa forme.
Laurence
 
 séparateur
 

Les commentaires sont fermés.