30/12/2006

Bonne année 2007

voeux 2007

                                                                                          Laurence       scintillants-boules-026

24/12/2006

Joyeux Noël

fete_noel_pn04

 

 

Je souhaite un très bon réveillon et un Joyeux Nöel à tous.

Laurence

noel_divers007

 

 

 

 

 

sleigh

 

 

 

 

 

22/12/2006

Harcelé/harceleur

 

Dans la rubrique HM ou sexuel au travail, § « Y a-t-il un profil spécifique de la victime dans le HM au travail ? », j’ai été plus que laconique à ce sujet. Je prends, donc, la plume afin de palier à cette lacune.

  

Profil du harcelé :

 

Il possède compétence et aura.

 

La victime en général possède de bonnes compétences qui la distinguent par son sérieux et son investissement dans son activité professionnel pour laquelle elle obtient de bons résultats.

Mais de plus, la victime possède une aura ou un charisme qui lui confère une autonomie par rapport au groupe. Ces deux éléments suscitent malheureusement le plus souvent jalousie et frustration dans la partie corrompue de l’entourage qui initie et orchestre le harcèlement.

 

Il est différent.

 

Cette différence peut être soit une infirmité, couleur de peau… ou encore de la richesse, beauté, compétence…

Cette distinction engendre soit de la peur, de l’envie ou de la frustration. Mais, elle suscite de la méfiance sinon de la fascination. La seule possibilité pour le groupe de pouvoir encore exister est de sanctionner cette différence en éliminant la partie autonome de la partie homogène du groupe.

  

Il possède des qualités afférentes et de l’autonomie

 

La future victime énerve par ses qualités afférentes c’est-à-dire par sa gentillesse, son écoute, sa disponibilité, son humeur et sa vitalité. Toutes ces caractéristiques déterminent une personne bien dans sa peau et autonome, ce qui contrastent souvent avec le profil du harceleur.

Etre autonome, c’est avoir la capacité de se donner à soi-même, à ses propres lois. C’est pouvoir se conduire seul dans la vie, être libre.

 

L’autonomie implique que l’individu se règle lui-même, alors que le harceleur en est totalement dépourvu.

  

La résistance

 

Paradoxalement, l’autonomie d’une personne attire l’intérêt mais agace dans un même temps son entourage.

La personne qui va être amenée à subir du harcèlement est une personne autonome intellectuellement et possède une bonne mobilité psychique.

 

En d’autres termes, au niveau mental, elle est capable d’élaborer des boucles rétroactives avec une extrême rapidité au moindre changement de situation :

Ø      Elle a une capacité synthétique de la situation ;

Ø      Elle est capable de réactualiser des liens de cause à effets ;

Ø      Elle élabore une stratégie agissant sur les causes pour en changer les effets.

 

Au niveau physique, elle possède une bonne capacité de déplacement tant pour changer de lieu, que de faire un déménagement. Très souvent, elle se sent à l’aise quel que soit l’environnement où elle se trouve.

 

Une telle aisance énerve très souvent les personnes qui sont dépourvues de cette liberté d’actions.  

De part ses possibilités, la victime tient tête à l’aliénation que le harceleur veut lui imposer.

Malheureusement, cette résistance attise la haine et l’agressivité du harceleur. Et cette hargne engendra encore plus de jouissance au harceleur lorsqu’il sera arrivé à briser la personne moralement et physiquement. Le harceleur est comme un vautour qui attend la dernière heure de sa proie. Il sera assez patient pour attendre la moindre vulnérabilité accidentelle du harcelé pour arriver à ses fins.

 

Le profil du harceleur :

L’incompétence :

 

La personnalité du harceleur est à l’opposé de la personnalité du harcelé. Le harceleur dissimule son incompétence par des stratégies conçues de manipulation, ce qui peut l’amener à des postes de dirigeant sans en avoir les qualités professionnelles. Le harceleur se fait passer pour ce qu’il n’est pas aux yeux des autres.

 

Sur le plan professionnel, son incompétence se reflète par :

  • une impossibilité de s’investir sur le long terme ;
  • une instabilité des projets ;
  • des discours pompeux ;
  • une irrationalité des objectifs ;
  • une forte connotation affective dans ses demandes ainsi que dans ses accusations (il rejette toujours la faute sur l’autre).

Pour M.Muller, le harceleur travaillerait plus par association d’idées que par pensée cohérente, qui demande un fil directeur suivi.

 

De plus, le harceleur est perpétuellement envahit par une angoisse majeur et son vécu persécutoire le condamne à un état affectif sans cesse demandeur afin d’apaiser son état psychique. Pour assouvir cet état, il élabore des stratégies défensives contre cette projection de persécution. Dès lors, il lui est impossible d’avoir une capacité rationnelle, de la cohérence et une bonne anticipation sur les événements et donc, de fournir un travail approfondi

 

Manque d’autonomie psychique :

 

L’absence toutes ces qualités démontre un manque d’autonomie psychique affective et intellectuelle.

 

L’absence d’autonomie affective se traduit par

- une instabilité,

- une dépendance à autrui,

- une lâcheté du comportement.

 

Le harceleur est  éternellement dépendant des autres, de leurs conseils, de leur regard, de leurs préjugés. Le harceleur n’a pas la capacité de rester seul malgré ce qu’il peut affirmer et pour pallier à cette angoissante solitude, il fait croire que ce sont les autres qui sont dépendants de lui et non l’inverse. Par cette attitude, il veut se rassurer sur une illusion indépendante, ce qui est l’une des motivations de l’instauration du harcèlement moral.

 

L’absence d’autonomie intellectuelle, quant à elle, se traduit dans des faits répétitifs :

- une incapacité de travailler seul,

- une nécessité de toujours récupérer le travail des autres à des fins personnelles,

- une incapacité de penser par soi-même, d’assumer les fruits de sa pensée. 

Ainsi le harceleur va transmettre des préjugés avec une inaptitude à mettre en questions ces idées préconçues pour avoir une pensée autonome. De plus, il vit dans une atmosphère de compétition malhonnête.  En effet, il ne crée pas les idées mais il se les approprie dans le but de l’utilisation et l’objectivation affective de l’autre, afin de se prouver qu’il domine l’autre.

 

Pour combler son absence d’autonomie intellectuelle, le harceleur usera d’opportunité, de mensonges, de menace et de séduction afin de conserver au mieux ses illusions dans le monde dans lequel il vit et où seuls les rapports de force existent et où tous les moyens sont permis pour en sortir vainqueur.

 

Atouts du harceleur : séduction et apparence sociable

 

Le harceleur use de la séduction. Il flatte, corrompt, utilise un discours cérémonieux afin de plaire et rehausser son narcissisme. C’est une des manipulations les plus élogieuses pour aliéné autrui dans la dépendance.

Le harceleur se fait passer pour un extraverti ouvert et sensible à tous les sujets qui puissent se présenter pour en débattre. En fait, il ne connaît pas le système d’échange. Il ne s’épanouit pas à la fréquentation des autres, mais uniquement au contact de ceux qui acceptent de se soumettre.

Cette séduction s’illustre - par une apparence de socialisation (soit par le monopole de la   parole ou se présentant comme un fervent admirateur)

- comme étant un héros de la moralité, de la franchise, un pourfendeur de l’hypocrisie et de la déloyauté

-  afin d’attirer l’attention, il se passer pour la victime à consoler de manière à user du chantage affectif pour objectiver l’autre dans un rôle de consolateur.

Ce qui est certain, il ne suscite à aucun cas l’indifférence puisqu’il vise la dépendance des autres en jouant différents rôles : consolateur, admirateur, serviteur…Il arrive que par simples compliments, il flatte l’autre pour que ce dernier soit tout disposé à rendre le moindre service et d’entrer dans un système de dépendance sans qu’il se rende compte.

 

Lorsque la séduction du harceleur ne produit aucun effet sur une personne choisie, le harceleur passera dans un autre registre pour obtenir plus brutalement la soumission escomptée en le rendant dépendant de sa propre peur. Ce registre est la menace et le rapport de force explicite.

 

Susceptible et faux –comique

 

Comment pourvoir capter la bienveillance d’un groupe ? Réponse : la séduction par l’humour.

User de l’humour accentue un peu plus cette image d’extraverti que nous donne le harceleur.

 

Seulement, le comique du harceleur se rapproche du faux-comique car le harceleur dans son humour vise l’autre et jamais lui-même. Le harceleur a cette incapacité de se remettre en question et donc, a une intolérance à la critique. Si le harceleur vient à être sujet aux moqueries, attendez-vous à ce que la foudre vous tombe sur la tête. Vous êtes sûr qu’il vous attendra au prochain tournement afin de vous faire manger les moqueries ou les critiques que vous avez eu l’audace de proférer à son encontre.

 

séparateur