21/01/2007

Je n'ai plus su me taire.

 

 

Ce matin, j’ai pris mon courage à deux mains pour affronter mon voisin. Pourquoi ? Parce que j’entendais la violence qu’il faisait subir à sa compagne. Malheureusement, ce n’était pas la première fois. Les fois précédentes, mon mari et moi, nous nous sentions impuissants. Et, nous nous posions des questions à savoir ce que nous pourrions faire. Pas évident ! C’est venir s’immiscer dans la vie des gens. En a-t-on le droit ? Quelles en seraient les conséquences ? Une dispute de voisinage n’est pas la meilleure des solutions. Chacun aime sa tranquillité.

Mais pour aujourd’hui, cela m’était insoutenable ! Peu importe les conséquences que cela allait engendrer.  

J’ai affronté ma peur et je suis allée frappée à la porte toute tremblante mais décidée. Et, je me suis retrouvée seule devant mon voisin. Je lui ai dit qu’il devait arrêter les gestes brutaux qu’il avait envers sa compagne et que j’en étais consciente depuis des semaines. Il a voulu me dire qu’il n’y avait pas que cela. Très ferme, je lui ai répondu que je n’avais pas à m’introduire dans leur vie et que je n’étais pas une conseillère conjugale mais que je pouvais appeler la police. Sur ce, il me rétorque que la police ne pourrait rien faire. A mon tour, je lui répliquer qu’il y avait des procédures qui se mettaient en place. Pour me tenir tête, il me dit qu’il les connaissait. Très gentiment, je lui ai dit que même s’il les connaissait cela me n’empêcherait pas d’agir. Je lui ai préciser que je n'avais pas envie d'appeler la police mais que s’il continuait, je me verrais dans l’obligation d'appeler la police.

Un peu hébété, il a vu mon émoi et m’a demandé de ne pas me mettre dans cet état-là. Tout aussi calme et tremblante, je lui ai dit que j’avais connu cette violence et que si j’étais dans cet état-là, c’était parce que j’étais en colère intérieurement et que je ne pouvais plus me taire.  

 

Je sais que ce n’est qu’un moment de répit pour ma jeune voisine, mais au moins, l’homme violent qu’est mon voisin sait que je pourrai à l’avenir agir. J’espère que par mon acte, la jeune femme se rend compte qu’elle n’est pas seule.

 

 

 

séparateur

 

Commentaires

Waouh... Quel courage!!! Très peu de gens osent affronter. Apparemment, seules les personnes ayant subi cela, osent y aller!
Je l'ai déjà fait aussi... Un jeune couple se disputait violemment devant ma maison... Au moment où je sors, je vois le monsieur lever la main sur sa compagne! Je l'ai regardé d'un air... Il a vite compris qu'il devait arreté. Ensuite j'ai demandé à la dame si tout allait bien. Ca s'est répété à plusieurs reprises, et comme par hasard, à chaque fois, je me trouvais dehors... Et un jour je suis allée devant eux dire qu'il fallait arrêté ça de suite, que ce n'est pas vivable une situation pareille. Je ne les ai plus jamais vu se disputer! Quand je vois la dame, maintenant, elle est souriante ...

Écrit par : vallou | 23/01/2007

Je me pose toujours la question de... savoir comment je suis arrivée à outre passer ma peur. Mais j'ai osé. Depuis deux jours, c'est le calme plat. Je verrai ces prochains jours. Comme tu le dis si bien Vallou, nous osons agir car nous avons connu la violence à la maison. Pour ma part, ça m'a rappelé de mauvais souvenirs.

Écrit par : Laurence | 23/01/2007

Les commentaires sont fermés.