12/02/2007

La relation entre le persécuteur et la victime

La relation persécuteur/victime

 

La relation de harcèlement se met en place en deux temps :

1)      la séduction perverse

2)      la violence manifeste

 

La première étape selon le psychanalyste PC Racamier, est appelée la phase de décervelage qui se développe sur plusieurs années par un processus de séduction.

 

Le persécuteur met, au fur et à mesure, sa victime dans une situation de déstabilisation afin qu’elle se dépouille peu à peu de sa confiance en elle. Le harceleur doit au préalable séduire l’autre, l’influencer afin d’avoir une emprise complète sur sa victime pour que celle-ci perde toute son autonomie.

 

Dans sa séduction, l’agresseur moral va opérer indirectement, sournoisement, pour que sa victime vienne à le désirer, à l’admirer et qu’elle lui renvoie une bonne image de lui-même. Le séducteur va se présenter comme étant un protecteur ou une personne irremplaçable aux yeux de sa victime. Il cherche à être l’objet de fascination pour l’autre en utilisant l’image la plus aimable de lui, mais sans se laisser prendre à son propre jeu. La séduction se fait à sens unique.

 

La séduction narcissique impose le flou dans la relation en effaçant les limites de ce qui est soi et de ce qui est l’autre dans le but de détruire.

L’agresseur n’intègre pas l’autre comme étant une complémentarité dans la relation. En fait, il vit la présence de l’autre comme une menace. Son influence est d’amener sa victime à penser, à décider ou à se comporter autrement en aliénant sa spontanéité. Il va jouer sur la sensibilité et la vulnérabilité de l’autre. Il va faire croire à sa victime qu’elle détient toujours son propre libre arbitre tout en imposant insidieusement ses propres croyances en influençant le comportement.

 

L’emprise est, dans une relation de domination, l’obédience intellectuelle ou morale. C’est rendre l’autre dépendant en éliminant toute forme de rébellion. Cette influence s’opère par des menaces voilées ou par des intimidations.

 

L’emprise peut-être soit :

-  une action d’appropriation par dépossession de l’autre ;

- une action de domination, où l’autre est maintenu dans un état de soumission et de dépendance ;

-  une dimension d’empreinte, où l’on veut laisser une marque sur l’autre.

 

L’emprise est destructrice parce qu’elle neutralise le désir de l’autre. La victime se dénude de sa résistance et perd toutes possibilités de s’opposer à son agresseur. Par oppression, elle devient complice et consentante des agissements de son persécuteur. Elle n’a plus ses propres idées et elle doit penser comme son agresseur sinon elle se voit fustiger par ce dernier.

 

Les victimes de harcèlement ont du mal à se concentrer sur un travail en présence de leur agresseur. Le persécuteur, en présence d’observateur(s), montre l’image d’elle-même comme étant une personne inoffensive. Il arrive à instaurer un décalage dans les apparences. Lorsqu’il y a un observateur, celui-ci voit une situation agréable où rien ne prédispose à une situation mortifère alors que la victime souffre en silence de la maltraitance qu’elle vit à chaque instant en présence de son agresseur.

 

Dans un premier temps, la victime a l’impression d’être étouffée, ne pouvoir agir seule. Elle n’a plus son espace de pensée.

 

Que ce soit dans une relation conjugale ou dans une relation de travail, la victime va dans un premier temps obéir à son agresseur soit pour lui faire plaisir ou soit jouer l’infirmière pour soigner les dites « blessures » ressenties par le persécuteur. L’agresseur a trouvé la bonne formule en utilisant le chantage implicite ou en mettant en doute l’amour ou la loyauté de sa victime.

 

La période de l’emprise est un moment relativement calme pour la victime si elle est conciliante. En effet, elle s’ ensevelit dans le processus de la dépendance. La violence a pris sa première forme de manière insidieuse et elle va petit à petit prendre la forme de la violence objective.

 

Dans cette première période de manipulation, les deux protagonistes se retrouvent dans une situation figée :

- le persécuteur est bloqué :

·        soit par la loyauté intérieure liée à sa propre histoire qui l’empêche de passer directement à l’acte,

·        soit par peur de l’autre ;

- la victime, quant à elle,  est bloquée :

·        par   l’emprise qui a été mise en place

·        par la peur qui en résulte

·        par le refus de voir qu’elle est rejetée

Pendant ce période d’emprise, l’agresseur tient l’autre dans un état de stress permanent.

 

Malheureusement, l’emprise n’est pas remarquée par les personnes extérieures à la relation même si certaines évidences sont apparentes. Les allusions déstabilisantes pour la victime ne sont pas prises en considérations par les observateurs et la période d’isolement prend le relais dans le processus de harcèlement.

 

séparateur

 

Commentaires

Je me reconnais tout à fait dans cette situation mais ce rapport est avec ma mère... Toute ma famille la suit, meme ma soeur malheureusement. J'ai 37 ans et je n'ai toujours pas fait ma vie car les seules personnes que j'ai aimé dont une en particulier aujourd'hui l'amene à me harceler. Aujourd'hui, j'ai fait mes travaux de mon appartement dans leur usine ( donation sous réserves ), à 50 mètres de sa maison, j'ai fait confiance,cela fait déjà 4 ans.
Je suis sous son emprise depuis l'age de mes 17 ans, année ou je lui ai présenté mon premier petit ami... (tentative de suicide de sa part). Aujourd'hui tout y passe à nouveau, insultes, menaces, chantages.... étant donné que je souhaite retourner avec mon dernier conjoint qui m'a énormément aidé moralement et lors de mes travaux.
Mes amies proches en on conscience depuis un moment mais attendaient apparement que la démarche de leur en parler viennent de moi, heureusement elles m'apportent un soutient énorme, mais malgré cela chaque journée est difficile car j'apréhende ses reflections. Elle m'a interdit que mon ancien conjoint vienne vivre chez moi tant qu'ils habiteraient à coté.... Je pense que mon père n'intervient pas car il est impuissant face à ses réactions imprévisibles, je le plaint lui aussi mais n'ose pas lui parler de tout ça.
J'essaye de rester forte, mais jusqu'à quand? Je suis malgré tout plus solide maintenant grace à mon " conjoint" et mes amies, mais comment agir face à tout cela? Merci pour vos conseils, je ne pensait pas passer par internet mais je pense que cela peut etre une aide supplémentaire au niveau personnel.
MERCI A VOUS

Écrit par : xxxx | 19/12/2010

Les commentaires sont fermés.