27/02/2007

harcèlement au travail: vaines tentatives pour Yves

Résumé de l’article du Soir du 27 février 2007

 

« Victime de harcèlement, licencié, seul face à un embrouillamini juridique »

Yves, employé fantôme à Euroland par Hugues Dorzée

 

Yves, licencié en audiovisuel et graphiste, décide de bâtir sa carrière dans l’informatique. En 1998, il est engagé à durée indéterminée par une société internationale qui offre principalement des services aux pouvoirs publics.

Yves est employé comme « junior support assistant » à un poste à plein temps auprès de la Commission européenne à Bruxelles.

Il s’adapte parfaitement à son nouveau travail, au point où son employeur, suite aux excellentes évaluations, lui augmente son salaire. Au niveau de la C.E., il a un bureau attitré comme s’il était assimilé aux autres fonctionnaires.

Mais ses conditions de travail, au fil des mois, se détériorent et ses relations avec plusieurs responsables de l’administration se dégradent.

Yves supporte mal l’ambiance et cherche de l’aide à la cellule harcèlement de la C.E.

Son action est mal perçue en interne et son employeur n’adhère pas à son initiative.

Quelques jours plus tard, Yves se voit refuser l’accès à la C.E, et du côté de son employeur, on lui demande de se mettre en stand by.

En avril 2005, Yves reçoit la résiliation de son contrat. Commence pour lui d’interminables démarches pour éclaircir la situation. La seule réponse qu’on lui apporte est qu’aucun contrat de travail ou de service ne le liait avec le pouvoir public. Son employeur attitré était la société internationale, assujettie au droit belge. Son différend est, dès lors, de la compétence des tribunaux belges.

Mais le harcèlement qu’Yves a subi était au sein de la C.E. Or, « en vertu du protocole du 8 avril 1965 sur les privilèges et immunités des communautés européennes, l’inspection du travail belge ne peut porter atteinte à cette indépendance. »

Dès lors, Yves frappe à diverses portes pour faire reconnaître ses droits et tous admettent le casse-tête juridique.

Yves ne désespère pas malgré la déprime qui l’envahit. Il continue à vouloir se faire entendre et écouter. Jusqu’au moment, où il est convoqué par la police. Motif : plainte déposée par la C.E pour harcèlement suite à un mail qu’Yves a envoyé au pouvoir public.

Cette convocation a complètement miné Yves et il a décidé de tirer un trait sur cette mauvaise expérience. Maintenant, il se consacre à son avenir en ayant divers projets en tête.

 

séparateur

 

23/02/2007

Elle a eu le courage de partir

séparateur

Voilà, ma voisine a pris le taureau par les cornes et elle est partie. Elle ne supportait plus le comportement de son compagnon surtout lorsque ses agissement pouvaient porter atteinte à leur bambin. 

Je suis triste de voir un couple se briser, mais je suis heureuse de constater le courage qu'elle a eu pour fuir le calvert qu'elle subissait.

séparateur

 

14/02/2007

Décisions suite au procès de harcèlement

Voici en bref la décision prise suite un harcèlement au travail à Sambreville (voir l'article mis sur le blog le 9/01/07)
1

Le soir du 13/02/07