19/03/2007

Altérer la communication

Altérer la communication

 

Le manipulateur, envers sa victime, aborde un ton froid, plat et monocorde. Ce mode de communication est sans tonalité affective, laissant échapper dans le discours le plus anodin le mépris ou de la dérision. La couleur de sa voix signifie des sous-entendus, des reproches non exprimés et des menaces voilées.

Seule la victime peut reconnaître son mode de langage qui fait resurgir en elle la pression et la peur. Le discours en lui-même est sans importance, c’est la menace qui importe.

Le manipulateur, lors d’une dispute, ne s’énervera que très rarement. Seule la victime lèvera la voix qui la mettra dans une situation instable. Et lorsqu’il y a des témoins, le manipulateur pourra démontrer que ce n’est pas lui le coupable. La personne agressive est l’autre et non lui.

 

Quelques petits procédés de communication du manipulateur :

 

- Le manipulateur fait en sorte de ne pas articuler ou de parler entre les dents pour forcer l’autre à se déplacer et à le faire répéter afin de lui reprocher plus facilement son manque d’écoute.

- Délibérément le discours du manipulateur est flou et imprécis afin d’entretenir le trouble. C’est sa manière de fuir ses responsabilités et à éviter tout reproche. Son jeu favori est de faire passer des messages sans s’impliquer. Il entretient, de cette façon, différentes communications contradictoires. Il n’achève que très rarement ses phrases pour ouvrir le chemin à différentes explications et à toutes sortes de quiproquos. Il entretient des propos obscurs et rejette de les expliquer.

Ces messages d’apparence normaux, calmes et détendus mais agressifs engendrent, chez l’autre, de l’agacement qui l’entrainera en finalité vers la colère, et donc, vers la culpabilité de s’être énervé et de paraître peu conciliant.

-  L’un des plaisirs du manipulateur est d’utiliser un langage ou des propos dits savants pour que l’autre se sente démuni dans l’échange au point d’avoir peur de demander des explications pour ne pas se sentir idiot face à son agresseur.

Mais, ce que la victime ne sait pas, c’est que le manipulateur use de ce langage de manière superficiel en employant des mots techniques pour paraître, pour montrer qu’il possède des connaissances, alors qu’il n’en est rien en réalité. Il suffit de gratter un peu en profondeur et l’on remarque que ses connaissances sont insuffisantes. Ce qui est primordial pour le manipulateur, c’est la forme de son discours et non la forme.

- Le manipulateur aime également nommer les intentions de sa victime ou de pouvoir deviner les pensées de l’autre, comme s’il savait mieux que lui ce qu’il pense. Il se persuade qu’il connaître parfaitement le mode de fonctionnement de sa victime pour la discréditer aux yeux de l’entourage.

 

séparateur

 

Les commentaires sont fermés.