06/04/2007

Mentir

Mentir

 

Le manipulateur a besoin constant de leurrer. Il utilise pour cela un groupement de sous-entendus, de non-dits pour créer un malentendu afin de l’exploiter à son avantage. Par ces messages inachevés et paradoxaux, il feinte par peur de la réaction des autres.

Il ne nomme pas dans l’espoir que l’autre aura compris son message ambigu, sans que les choses soient dites de manière ouverte.

C’est une manière habile de faire face à toute situation qui se présente à lui.

 

Pour tout observateur témoin, son mode de langage paraît anodin et général car il ne se sent pas visé par le manipulateur, et donc, il ne prend que très peu conscience de l’impact produit sur la victime choisie. L’observateur devient à son insu, de façon détournée, un agresseur passif au grand désarroi de la victime dont la seule issue est de se taire ou de se rebiffer, ce qui a pour conséquence de se faire passer pour une personne instable.

 

Très posément, le manipulateur veut toujours avoir le dessus dans l’échange verbal même s’il est indirect.

Ou lorsqu’il sait qu’il ne pourra avoir le dernier mot, il fait en sorte d’impliquer une personne qui va se positionner à sa place, de manière à ne pas s’exposer directement à la situation dans laquelle il devra rendre des comptes. Il fuit pour ne pas devoir faire face à ses propres responsabilités, et que la victime ne puisse pas démontrer son autoritarisme envers elle.

 

Le mensonge indirect est une autre forme de la diversion qui consiste à répondre de manière imprécise, de répondre de travers ou par une attaque. Le leurre peut aussi se lier aux détails petits ou grands qu’ils soient afin de tourner la situation à son avantage car il sait que sa victime va être décontenancée par ses propos qui a priori n’ont rien avoir avec le sujet. C’est une méthode pour désarçonner la victime est  qui déjà dans un état de confusion entre la vérité et le mensonge.

 

Le mensonge devient direct lors de la phase de destruction complète de sa victime ; c’est une manipulation méprisante, un mensonge résolu qui persuade immanquablement l’autre.

 

Pour le manipulateur croyant lui-même à la force des choses ses propres mensonges, ce qu’il dit sur l’instant est vrai et incontournable.

 

De plus, le manipulateur est persuadé que tout ce qui est dit ne laissera aucune trace, et donc, il n’y aura aucune empreinte objective dans la plainte de sa victime.

 

Le mensonge pour l’agresseur est un outil qui répond à un besoin d’ignorer ce qui va à l’encontre de son propre intérêt personnel et qui lui permet de détruire lâchement sa victime.

 

séparateur

 

Commentaires

Et de 2! Voilà que je subi ça avec mon mari... Je divorce pour être quitte, et là, c'est de nouveau sur moi que ça tombe ;-)
Il y a pour croire que je n'attire que ce genre!
Mensonges et manipulations non stop... Je reconnaissais doucement du "déjà-vécu", et hier j'ai ouvert très grand les yeux. Ca fait mal, mais il le fallait... Bisous.

Écrit par : vallou | 07/04/2007

Les commentaires sont fermés.